La synthèse, une affaire de cerveau...

 

Cerveau gauche, cerveau droit : la recherche en neurosciences nous éclaire...

 

Sujet 1 : Je suis trop synthétique…  J’arrive au résultat sans pouvoir le démontrer … C’est au pied du mur que je suis le plus efficace…

Sujet 2 : Je me noie dans les détails… Je n’arrive pas à aller à l’essentiel… J’ai du mal à décider, la nuit porte conseil… parfois !

 

 

90 % des êtres humains font principalement fonctionner l’hémisphère gauche de leur cerveau… contre 10 % d’hémisphères droits actifs ! Lequel des deux sujets ci-dessus est donc dans ces 10 petits  % ?

 

 

Pour synthétiser et prendre des décisions efficaces, les deux hémisphères doivent fonctionner à plein régime. Alors comment échapper à la fatalité du cerveau droit engourdi ?

 

La recherche en neurosciences nous aide à mieux comprendre le processus de synthèse et développe en permanence des entraînements à l’éveil de l’hémisphère droit. Sans le savoir, peut-être êtes-vous déjà en train de le remettre en marche grâce aux cahiers de coloriage qui envahissent les rayons des librairies…

 

Quand les neurosciences s’invitent dans les formations, c’est toujours un grand moment de découverte et de distraction : dessins, labyrinthes, tests… Vous saurez tout sur votre préférence hémisphérique !

 

La synthèse en quelques mots

 

Dans le langage courant, « être synthétique » se résume souvent à "être concis", "faire le plus court possible". La consigne est redondante dans vos réunions, dans vos présentations écrites, vos comptes-rendus, vos rapports… Et vos présentations Power Point ! Dans ce 21ème siècle, nous avons tous besoin d’être synthétiques car nous disposons de peu de temps pour lire ou écouter tant l’information est abondante.

 

Voici ma définition de la synthèse : structurée, concise tout en restant exhaustive.

 

Cela demande de l’entraînement ; ceux qui y parviennent facilement se sont entraînés, c’est certain !

Et de vos capacités à synthétiser dépendent vos facultés à décider efficacement… l’enjeu est donc de taille !

Nous avons choisi d’utiliser des techniques et exercices issus des neurosciences dans notre formation « synthétiser à l’écrit et à l’oral » afin que chacun puisse prendre conscience du fonctionnement de son cerveau dans la démarche de synthèse et reparte avec une « prescription » d’entraînements à utiliser pour être plus synthétique et parfois, l’être moins.

 

Pour en savoir plus, rejoignez l’une de nos sessions interentreprises sur ce thème (prochaine session à Lyon : 6 et 7 février 2017).

 

Au plaisir de vous rencontrer pour en parler.

 

Sylvie